• L'île aux 30 cercueils (Arsène Lupin 25)

  • De : Maurice Leblanc
  • Lu par : Philippe Colin
  • Série : Arsène Lupin, livre audio 25
  • Durée : 10 h et 58 min
  • Version intégrale Livre audio
  • Date de publication : 06/12/2013
  • Langue : Français
  • Éditeur : Compagnie du Savoir
  • 5 out of 5 stars 4,8 (5 notations)

Description

Trente écueils menaçants cernent l'île de Sarek, au large de l'archipel des Glénans, en Bretagne. Les habitants superstitieux l'appellent l'île aux trente cercueils. Une légende les hante : trente victimes doivent mourir dont quatre femmes en croix.
Véronique d'Hergemont, venue chercher son fils après quatorze ans d'absence, a la désagréable surprise de voir ses initiales sur les bornes, sur les portes des chapelles et son visage sur un dessin de femme crucifiée ! Véronique doit affronter des messages énigmatiques, une prophétie effrayante, la terreur superstitieuse des habitants de l'île, des morts brutales. L'étrange atmosphère des légendes celtes, cette "Pierre-Dieu qui donne mort ou vie", la prédiction sanglante, le monstrueux comte Vorski, voilà de quoi frissonner d'angoisse et de terreur. Mais Arsène Lupin est là pour affronter la malédiction.

Un roman fantastique de Maurice Leblanc dont le sens du suspense et de la mise en scène, dans cette île déchiquetée et sauvage, font ressortir l'humour du dénouement.
©Domaine public (P)2013 Compagnie du Savoir
Afficher plus Afficher moins

Prix : 12,00 €

Détails de l'abonnement : Détails de l'abonnement :
  • Gratuit pendant 30 jours, avec un titre au choix offert.
  • 9,95 € par mois pour le livre audio de votre choix, quel que soit le prix.
  • Vous n'aimez pas un titre ? Échangez-le.
  • Résiliez à tout moment, vos livres audio vous appartiennent.

Acheter maintenant avec 1 crédit audio

En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

Acheter maintenant pour 12,00 €

Utiliser la carte qui se termine par
En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

Avis des auditeurs

Plus utile
5 out of 5 stars
Auteur(s) : Sylvain le 22/04/2017

un Lupin tardif, marqué par la guerre en filigrane

l'histoire est plus sombre que dans les premiers romans, la prestation de Philippe Colin est toujours impeccable...

Lire la suite Masquer
4 out of 5 stars
Auteur(s) : Aubry Françon le 01/05/2015

Une île diaboliquement addictive

Après un "Eclat d’obus", franchement propagandiste (1ère guerre mondiale oblige) et un "Triangle d’or" plaisant mais un peu paresseux, Maurice Leblanc publiait en 1919, cette île aux trente cercueils, renouant par la même avec certaines des recettes qui avaient fait les succès de chefs-d’oeuvre comme L’Aiguille Creuse et 813, tout en proposant une intrigue originale. L’île aux trente cercueils, c’est d’abord et surtout un décor, une ambiance, avec Sarek, âpre rocher aux hautes falaises escarpées, qui constitue quasiment un personnage à part entière dans le récit. Perdue au large des côtes bretonnes, cette île peuplée de quelques habitants grégaires et parsemée de dolmens et autres menhirs constitue le théâtre millénaire de phénomènes et de mystères glaçants : légendes druidiques, souterrains labyrinthiques, prophétie médiévale autour de crucifixions et surtout la supposée présence d’un trésor mystique, la Pierre-Dieu aux incommensurables pouvoirs magiques. C’est sur cette toile de fond alléchante que l’auteur construit son histoire avec comme héroïne principale une jeune femme, Véronique d’Hergemont, qui débarque sur Sarek pour trouver des réponses sur son trouble passé notamment la disparition tragique de son père et de son fils. Autant le dire tout de suite, l’arrivée d’Arsène Lupin dans la trame du roman est tardive, quasi-anecdotique et, de mon point de vue, contre-productive car artificielle et décalée. Reste comme décrit précédemment, une atmosphère unique, oppressante et déroutante où transparaît tout le talent de Maurice Leblanc sans atteindre néanmoins les sommets de littérature policière que sont L’aiguille creuse et 813. Philippe Colin, en tant que narrateur, s’en sort honorablement malgré parfois une tendance à l’exagération dans l’interprétation de certains personnages. A noter que quelques bruitages agrémentent agréablement le récit.

Lire la suite Masquer
Afficher tous les commentaires