Description

Un matin d'octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n'est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l'unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l'arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d'un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que l'opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s'exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.

Jamais le mystère du triple assassinat du château d'Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d'Henri Girard, jusqu'à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu'à ce qu'un écrivain têtu et minutieux s'en mêle...

Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu'Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l'inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu'il n'y paraît), il s'est plongé dans les archives, a reconstitué l'enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l'issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

Cet audio est accompagné d'un document annexe se trouvant dans votre bibliothèque après achat.


>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.
©2017 Robert Laffont (P)2017 Audible Studios
Afficher plus Afficher moins

Prix : 29,95 €

Détails de l'abonnement : Détails de l'abonnement :
  • Gratuit pendant 30 jours, avec un titre au choix offert.
  • 9,95 € par mois pour le livre audio de votre choix, quel que soit le prix.
  • Vous n'aimez pas un titre ? Échangez-le.
  • Résiliez à tout moment, vos livres audio vous appartiennent.

Acheter maintenant avec 1 crédit audio

En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

Acheter maintenant pour 29,95 €

Utiliser la carte qui se termine par
En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation . Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politiques sur la Publicité et les Cookies.

Avis des auditeurs

Plus utile
1 out of 5 stars
Auteur(s) : Pierre Gauthier le 03/12/2017

Exaspérant!

Cet ouvrage, très bavard, ressemble beaucoup à l’exploitation d’une tragédie réelle à des fins de divertissement et d’autoglorification d’un auteur.

Philippe Jaenada y discute du meurtre de trois personnes, survenu en 1941, et de l’acquittement à ce sujet de celui qui allait écrire quelques années plus tard le célèbre roman « Le salaire de la peur ».

La prémisse de la démarche est douteuse : 75 ans après les faits, alors que tous les témoins sont disparus, comment peut-on prétendre résoudre un crime qui ne l’a pas été à l’époque? On se base largement sur des dépositions de témoins, qui n’ont certainement pas écrites directement par eux et que certains n’ont même pas pu relire, à cause de leur scolarité déficiente. Étonnamment, l’auteur cite même Wikipédia comme s’il s’agissait d’une source fiable!

Son analyse est bâclée et se conclut sur ses impressions morbides alors qu’il visite la petite maison abandonnée de celui qui croit coupable. Il ne résout même pas tous les faits qu’il a lui-même apportés _ par exemple que l’accusé au procès se soit très attentivement lavé les cheveux, les mains et les avant-bras le lendemain du crime. Il n’évoque aucunement l’effet des drogues sur la rationalité, alors qu’il nous dit lui-même que l’accusé consommait de multiples substances.

De plus, le style d’écriture, complètement désordonné, est absolument rebutant. On peut admettre que, pour des fins littéraires, un auteur choisisse de ne pas présenter les choses chronologiquement. Il est toutefois insupportable qu’il alourdisse son propos par des éléments narcissiques incessants. Ainsi, Philippe Jaenada inonde le lecteur de références détaillées et non pertinentes au pneu mal gonflé de sa voiture de location, à son épouse (et à sa taille de soutien-gorge), à son fils (et à ses expériences de thermomètre corporel), à ses propres œuvres antérieures, à sa difficulté de comprendre une serveuse dans un restaurant chinois de Périgueux, à ses trois whiskys systématiques quotidiens avant le dîner, etc.

Globalement, ce livre mal fondé et mal écrit ne saurait donc être recommandé à quiconque.

Lire la suite Masquer

9 sur 9 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

3 out of 5 stars
Auteur(s) : celine le 30/11/2017

Avis mitigé

Voudriez-vous changer quoi que ce soit à ce livre ?

- les parties qui se veulent humoristiques, mais qui sont très "limites" (hésitation à boire l'eau du robinet à Périgueux, l'histoire des moutons au resto asiatique... )
- une partie moins documentée, et donc très approximative qui décrédibilise de fait un peu le reste (circonstances de secours des deux jeunes morts à Chamonix)

Qu'avez-vous aimé le plus dans cette histoire ?

l'enquête dans le passé

Quelle caractéristique de la performance de Hervé Carrascosa aurait pu être améliorée ?

- se renseigner sur la manière de prononcer les noms des communes de Dordogne avant l'enregistrement
- le respect de la ponctuation dans la lecture
- le ton un peu "simplet" parfois, même si le texte lui même a dû y contribuer

Pensez-vous qu'une suite à La serpe est une bonne idée ? Expliquez pourquoi.

le sujet ne s'y prête pas vraiment

Avez-vous d'autres commentaires ?

Livre sympa, mais de là à en obtenir un prix littéraire... je suis dubitative...

Lire la suite Masquer

4 sur 5 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

Afficher tous les commentaires